Lectures de la semaine #2


  • Imago, de Nathalie Le Gendre
Neï s’apprête à passer son Imago, rite de passage vers l’âge adulte, quand sa grande soeur est tuée par un tigre à dents de sabre. D’un coup, Neï doit assumer le rôle de future chef de son clan, s’occuper de sa nièce tout juste née, et tâcher d’en découvrir plus sur les T’surs, ces hommes blancs qui semblent s’être introduits sur les terres de son peuple…
Un roman qui montre que la science-fiction peut se développer ailleurs que sur un bon vieux vaisseau spatial ! Le livre se lit très vite. Personnellement, j’ai bien aimé le peuple des K’awils et aurait même aimé en savoir plus à leur sujet. A noter également : les nouvelles couvertures des Soon sont très réussies !
  • Le signe de K1, tome 2, de Claire Gratias


Le temps des Tsahdiks fait suite au Protocole de Nod, le premier tome de ce dyptique (mais si, rappelez-vous). Les pionniers de K1, envoyés établir des colonies dans le passé pour fuir la montée des eaux, ont emmené avec eux une étrange maladie qui décime d’abord les oiseaux, avant de s’attaquer aux hommes. Pauline en réchappe de peu, mais voilà qu’une deuxième phase dans la maladie semble se déclencher, aux conséquences terribles…Pendant ce temps, son frère Angelo apprend à maîtriser son pouvoir auprès des maîtres Tsahdiks. Le roman s’attache à la question des causes et des conséquences, et clôt habilement l’histoire.

  • L’armée furieuse, de Fred Vargas
Le dernier Adamsberg ! Celui-là, on peut dire qu’il s’est fait attendre, mais le résultat est à la hauteur ! On y retrouve le commissaire Adamsberg, flanqué d’un fils nouvellement découvert, qui se retrouve à jongler entre deux enquêtes : d’un côté, un personnage de légende, qui traverse l’Europe à la tête d’une armée fantôme depuis des siècles, sème la mort dans un village normand. De l’autre, un ponte du Cac40 se fait carboniser dans sa propre voiture, et si tout porte à croire que le coupable est un petit délinquant anti-capitaliste surnommé Momo-mèches-courtes, Adamsberg reste persuadé que les fils du milliardaires sont dans le coup…     Neil Gaiman m’avait déçue récemment, mais Fred Vargas, elle, reste dans les hauteurs de mon classement perso ! Vous n’aimez pas les romans policiers ? Ca tombe bien, moi non plus !
Bon sinon, j’ai vu Minuit à Paris, le fameux Woody Allen encensé par tout le monde. OK, ce n’était pas en VO, mais je ne pense pas que ça explique tout. Les dialogues sont d’une nullité effrayante, la morale est bien gentille, les acteurs effroyables (Adrian Brody en Dali remporte la palme du ridicule), Carla Bruni ne sert à rien. J’aurais mieux fait d’aller voir Pirates des Caraïbes 4 : là, au moins, pas de surprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *