L’heure du bilan

 2017 s’achèvera dans quelques heures et comme chaque année, c’est le moment du traditionnel bilan ! 

L’écriture

Plus le temps passe et plus je m’aperçois que ma relation à l’écriture change. Je n’ai plus ces envies d’écriture frénétiques qui me prenaient quand j’étais ado, qui me poussaient à m’enfermer pendant des heures pour gratter gratter gratter des lignes… Je n’en ai plus besoin comme avant, quand je devais écrire pour m’exprimer parce que je n’y arrivais pas autrement. Maintenant, tout est plus calme, plus lent, plus régulier aussi. Je prends un autre rythme, je ne m’angoisse plus à l’idée de ne rien publier les six prochains mois, je ne m’inquiète plus si l’envie d’écrire se fait plus discrète pendant quelques semaines. Tout est affaire de cycles, tout se bloque et se débloque. 

La grande différence, je crois, c’est que l’écriture n’est plus au centre de ma vie : je ne cours plus derrière elle,  à présent, c’est plutôt elle qui m’accompagne. J’aime bien cette idée. L’écriture, aujourd’hui, je la vois comme un moyen de prendre du recul, de réfléchir, de m’amuser, de tester des choses, de partager avec mes lecteurs. C’est un épice et un jeu (et parfois, une corvée, il faut bien l’avouer !).  

Les livres

Niveau parutions, 2017 a été plutôt pas mal. 

  • J’ai entamé une nouvelle collaboration avec les éditions Syros, dont je suis très heureuse. La Maison des reflets est sortie en février et a récolté un petit tas de chroniques adorables, ainsi que sept sélections pour des prix littéraires (mon record à ce jour !).
  • Dans la peau de Sam a suivi en juin, petit roman sur la différence et l’empathie.
  • Chez Rageot, le Manoir aux secrets a connu une nouvelle vie – nouvelle couv, nouveau titre de série, la totale ! Et son tome 2, le Chapiteau des Ombres, a été publié au printemps. 
Les salons et les rencontres scolaires

Il y a eu Trouville, il y a eu Lyon (deux fois !), il y a eu l’aventure des Petits Champions de la lecture avec une rencontre Skype en direct de Martinique et une après-midi sur les planches de la Comédie Française, il y a eu les Hallienales, la Bassée, Reims, Seilles, Montreuil, Neuilly Plaisance, il y a eu des heures et des heures de rencontres en Normandie pour le prix des Dévoreurs de livres… Un jour, il faudra que je trouve un moyen de compter combien de lecteurs tout ça représente ! Et franchement, c’était génial à chaque fois. 

À côté 

En juin, j’ai rejoint le conseil d’administration de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, dont j’étais membre depuis des années mais un peu façon sous-marin. La Charte est un formidable instrument aux services des auteurs et des illustrateurs, qui a notamment permis l’adoption d’une grille de rémunération pour les interventions scolaires et les dédicaces. Elle propose aussi une foule de conseils – conseil d’amie pour les jeunes auteurs,  rejoignez la Charte ! 

Et 2018 ?

Réponse dans un prochain billet ! En attendant, je vous souhaite à toutes et à tous de passer d’excellentes fêtes de fin d’année, en compagnie de ceux qui vous sont chers et avec de bons bouquins (perso, c’est mon combo traditionnel de Noël). À très bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *