Montreuil

La semaine dernière, c’était le Salon du livre et de la presse jeunesse – Montreuil pour les intimes.Cela fait quelques années déjà que je m’y rends, depuis que j’habite à Paris, en fait. Et au fil des éditions, c’est devenu pour moi un moment assez incontournable. Parce qu’on y croise plein de lecteurs, que les allées sont emplies d’une foule d’enfants avec l’air trop heureux d’être là, qu’on retrouve les copains auteurs et qu’on en rencontre d’autres, que l’on élabore de nouveaux projets ou qu’on perfectionne ceux qui sont en cours… Bref, il y a des dizaines de raisons d’aimer Montreuil.

En dédicaces

Cette année, j’ai entre autres eu la joie de :

  • retrouver les équipes de mes éditeurs et parler avec eux des livres en cours comme de ceux à venir
  • boulotter des petits fours à la soirée d’inauguration
  • croiser l’équipe de choc des représentants Syros
  • rigoler avec ces bons vieux Samantha Bailly, Gabriel Katz et Olivier Gay
  • pester contre le réseau téléphonique (le salon est une sorte de no-go-zone de la 3G)
  • signer toute une journée aux côtés de l’adorable Ségolène Valente
  • tourner une séquence vidéo complètement ratée chez Rageot (poke Sam et Jade)
  • rencontrer la toute aussi adorable Sophie de Sophie Lit pour une petite lecture
    assister à une interview épique d’Erik l’Homme
Spotted : un usage carrément excessif de filtres

Et je me suis terriblement réfrénée côté livres, puisque j’ai réussi à n’en acheter qu’UN SEUL : le Jardin des Epitaphes, de Tai-Marc le Than (que j’ai d’ailleurs dévoré dans la soirée et que je vous conseille). Vivement l’année prochaine !

Escale à New-York

Ces derniers jours, je me suis extraite de mes corrections/relectures/synopsis en cours/autres trucs rigolos pour une virée d’anniversaire à New York – oui j’ai été honteusement gâtée. Bilan des courses ? Amazing ! Wonderful ! Sérieusement, je ne m’attendais pas à être aussi surprise et ravie par cette ville. 

Je dis d’abord merci à mes baskets, qui ont enduré près de 20 kilomètres de marche par jour. Mais ça en valait la peine ! New-York qui se déguisait toute entière en prévision d’Halloween, New-York sous la pluie et le soleil, New-York bobo, indus, taguée : tellement de facettes à découvrir !

Tete de touriste #jesaispasposer #williamsburg #grumpygirl

A post shared by Camille Brissot (@camillebrissot) on

Happy Halloween !👿🕸#halloween #bouh #swimmingskeletons

A post shared by Camille Brissot (@camillebrissot) on

Espèce de grosse pomme ! #nyc #bigapple #timesquare

A post shared by Camille Brissot (@camillebrissot) on

Work in progress #ruedesgraffs #bushwick #streetart

A post shared by Camille Brissot (@camillebrissot) on

Impossible de ne pas parler de la nourriture – que j’ai trouvé épatante, comme dirait ma grand-mère. Petits cafés stylés, cookies sans gluten, veggie burgers avec de gros champignons farcis au fromage (miam), cuisines du monde entier… HYPER BON.

 

Le coup de cœur de la fin est pour Brooklyn, où nous étions logés. La rive de l’East River fourmille de petits coins de parc et de bouts de plage avec des vues magnifiques sur la skyline. Flâner dans les quartiers de Williamsburg, de Greenpoint ou encore dans les rues envahies de streetart de Bushwick était également très cool.

Sur les bords de l’East River, Greenpoint
Le rooftop canon de l’hôtel Wythe

En amont du livre

Il y a quelques jours, j’ai été conviée à une réunion avec les représentants des éditions Syros pour leur présenter mon prochain roman, « La maison des reflets« , qui sortira en février 2017. Ces réunions, ce sont des moments importants pour le livre, même s’il ne paraîtra pas avant plusieurs mois : c’est là qu’on le fait découvrir à ceux qui seront chargés, ensuite, de faire de même avec les libraires. A cette occasion, j’ai donc eu l’occasion de dire quelques mots sur la genèse de La maison des reflets, en compagnie de Denis Guiot, mon directeur de collection (qui me suit depuis trèèèèès longtemps !). 
 
J’ai aussi découvert les épreuves non corrigées du livre : des exemplaires qui, comme leur nom l’indique, ne sont pas tout à fait corrigés (hello Cap’tain Obvious). Je dis « pas tout à fait » parce qu’on a quand même fait 4 ou 5 rounds de corrections, hein – il ne s’agirait pas de nous prendre pour des paresseux. Bref j’étais ravie de le voir enfin en os et presqu’en chair ! 
 
Ça se voit, la fierté sur ma tête là ?

Pour les fans de couverture blanche et épurée, je suis désolée de vous décevoir, mais non : il ne s’agit pas de la couv définitive 😉 Elle viendra bientôt, j’ai super-hâte de vous la montrer !

Maintenant, je passe à l’amont d’un autre bouquin, puisque je termine les corrections du Chapiteau des Ombres. Oh, je ne vous avais pas dit ? Il s’agit de la suite du Manoir aux secrets – qui sera également republié en mars chez Rageot avec une nouvelle couverture et un nom de série, mystérieux à souhait : « le Club des métamorphes« . Eh ouais. 

Ensuite, je passerai à la rédaction d’un petit roman de science-fiction pour les jeunes lecteurs. Voilà pour le programme d’octobre ! 

1 2 3 4 5 6 37