Montreuil

La semaine dernière, c’était le Salon du livre et de la presse jeunesse – Montreuil pour les intimes.Cela fait quelques années déjà que je m’y rends, depuis que j’habite à Paris, en fait. Et au fil des éditions, c’est devenu pour moi un moment assez incontournable. Parce qu’on y croise plein de lecteurs, que les allées sont emplies d’une foule d’enfants avec l’air trop heureux d’être là, qu’on retrouve les copains auteurs et qu’on en rencontre d’autres, que l’on élabore de nouveaux projets ou qu’on perfectionne ceux qui sont en cours… Bref, il y a des dizaines de raisons d’aimer Montreuil.

En dédicaces

Cette année, j’ai entre autres eu la joie de :

  • retrouver les équipes de mes éditeurs et parler avec eux des livres en cours comme de ceux à venir
  • boulotter des petits fours à la soirée d’inauguration
  • croiser l’équipe de choc des représentants Syros
  • rigoler avec ces bons vieux Samantha Bailly, Gabriel Katz et Olivier Gay
  • pester contre le réseau téléphonique (le salon est une sorte de no-go-zone de la 3G)
  • signer toute une journée aux côtés de l’adorable Ségolène Valente
  • tourner une séquence vidéo complètement ratée chez Rageot (poke Sam et Jade)
  • rencontrer la toute aussi adorable Sophie de Sophie Lit pour une petite lecture
    assister à une interview épique d’Erik l’Homme
Spotted : un usage carrément excessif de filtres

Et je me suis terriblement réfrénée côté livres, puisque j’ai réussi à n’en acheter qu’UN SEUL : le Jardin des Epitaphes, de Tai-Marc le Than (que j’ai d’ailleurs dévoré dans la soirée et que je vous conseille). Vivement l’année prochaine !

Mon Montreuil

Depuis le temps que j’entendais parler de ce fameux salon jeunesse de Montreuil, inutile de dire que je mourrais d’envie d’y mettre les pieds un jour…
Et bien ce jour a fini par arriver.
Oooh le joli badge en papier
Vendredi soir, je débarquais donc au salon pour signer à la nocturne, stand Rageot, et je revenais le lendemain pour flâner en tant que touriste.
Je me suis arrêtée sur le stand de l’Atalante à un moment, attirée par la silhouette altière du grand Pierre Bordage, dont j’ai enfin eu une dédicace. Et puis j’en suis partie, mon instinct me soufflant que j’aurai affaire à mon banquier si je restais encore cinq minutes de plus.
Petites emplettes.
Montreuil, c’est surtout l’occasion de voir plein de monde : des gentils auteurs rencontrés à Rennes, des nouvelles têtes  (mais gentilles aussi, bien sûr)…
Et puis, sinon, la minute ronchon : on meurt chaud à l’intérieur, de froid à l’extérieur, et d’étouffement dans les rangées.

Revue de presse + Montreuil

Le moment qui ne fait pas de mal au moral. On parle de Sous une pluie d’étoiles :

 » Beaucoup de tendresse et de délicatesse, l’histoire d’une très belle amitié entre Victor et Juliette, une jeune fille pas tout à fait comme les autres. A lire absolument. »

Et comme prévu, je serai sur le stand Rageot (stand D31) le vendredi 3 décembre à partir de 18h30 ! 
(Je dis ça comme ça, mais à côté il y aura quand même Gilles Francescano qui dédicacera le magnifique Chant du Troll, dont je parlais il y a quelques semaines… )