Théa pour l’éternité

 » Théa est secrètement amoureuse de Théo, son voisin et meilleur ami d’enfance, qui lui préfère la pom-pom girl du lycée. Théa vit seule avec sa mère, une ancienne présentatrice de télévision obnubilée par le souci de paraître jeune. Théa a l’impression que le temps passe trop vite et que les promesses de l’enfance sont déjà loin. Alors, quand le professeur Jones lui propose d’être le plus jeune cobaye d’un programme visant à stopper le vieillissement, Théa se dit que c’est une chance unique qui s’offre à elle.« 
J’ai eu la chance de pouvoir lire ce roman en avant-première, cet été. J’ai déjà parlé plusieurs fois des livres de la collection Soon sur ce blog, mais celui-ci s’en détache par le ton particulièrement actuel et réaliste du roman. Pas de décors futuristes, juste une question, que tout le monde s’est un jour posée : 
faut-il vraiment souhaiter l’immortalité ? 
Poussée par une mère incarnant une société obsédée par la jeunesse, et par le souvenir de Petite Théa, l’image de son enfance joyeuse qui semble s’éloigner un peu plus chaque jour, Théa accepte l’expérience. Mais les choses ne se déroulent pas exactement comme prévu…
« Théa pour l’éternité », c’est aussi un hommage à un autre roman : Des fleurs pour Algernon, qui relate l’expérience folle dans laquelle se laisse entraîner Charlie, un jeune homme simple d’esprit. Devenu un génie, il voit son univers se transformer à mesure qu’il devient capable d’en saisir les nuances… Un chemin teinté d’amertume et de regrets, que suivra aussi Théa.

Lu : le Signe de K1, de Claire Gratias

J’ai toujours eu un faible pour la littérature jeunesse, et parmi les collections que je suis tout particulièrement en ce moment, il y a Soon, de Syros. Rien que le slogan de la collection me plait : « des histoires de futurs pour réinventer le présent », c’est un joli programme non?
Bref, si vous aimez l’anticipation, ne passez pas votre chemin ! Parmi mes préférés, en vrac : Les clefs de Babel, de Carina Rozenfeld, l’Arche des derniers jours, d’Eric Simard, EdeN en sursis, de Jeanne-A. Debats…
Dernièrement, c’est le premier tome d’un dyptique de Claire Gratias, Le Signe de K1 – le protocole de Nod, qui a attiré mon attention. Moi les séries, ça m’énerve un peu, mais là, deux tomes seulement, c’est un suspense très supportable !
Sur une Terre engloutie par les eaux, une petite communauté de survivants réfugiée sur les plus hautes montagnes, la communauté de K1, voit le niveau de la mer continuer à monter inéluctablement. Jusqu’au jour où une solution se présente : le mystérieux Protocole de Nod, qui va expédier une vingtaine de Pionniers et leur famille dans le passé, en 2020, quand l’eau n’envahissait pas encore les terres… Le but est double : préparer l’arrivée du reste de la population de K1 dans ce passé idyllique et changer les mentalités pour éviter la catastrophe à venir. 
Mais à mesure que les jours passent et qu’une étrange épidémie se déclenche, les Pionniers commencent à se rendre compte que tout ne se passe pas aussi bien que prévu… 
Claire Gratias nous fait ainsi suivre la trajectoire de Luka, jeune Pionnier venu d’un futur gris et pluvieux, et de Pauline, élève dans l’une des Winners’ Schools de la ville qu’il rencontre en s’installant à Médiola avec sa famille.
En fait, il est difficile de dresser un résumé correct du roman étant donné le foisonnement des thématiques : environnement, manipulations et complot, pouvoirs paranormaux, amour… Mais le roman parvient à les mêler adroitement et ne s’essoufle jamais, jusqu’à un final qui m’a laissée complètement impatiente de lire le prochain tome !