Le prix Vendée’Lire dans la poche !

Salut par ici,
Petit post pour partager avec vous la bonne nouvelle de manière officielle : « Sous une pluie d’étoiles » a remporté le prix Vendée’Lire 2012-2013, en récoltant près de 20% des voix  des lecteurs ! Le trio gagnant est le suivant :  

Evidemment, je suis ravie.

Ravie car ce prix est décerné par les lecteurs eux-mêmes, et que ce ne sont pas moins de 1400 collégiens qui ont voté cette année pour l’un des 14 livres de la sélection, clôturant en beauté une jolie semaine de rencontres au cœur des collèges vendéens.
Ravie car « Sous une pluie d’étoiles » est sorti depuis plus de trois ans maintenant, et qu’il continue malgré tout son petit bonhomme de chemin, me permettant de rencontrer toujours plus de gens, et m’offrant la surprise sans cesse renouvelée de voir les mains se lever lorsque je demande à une classe s’il y a devant moi des lecteurs qui ont été émus par la lecture du bouquin.
Bref, un grand merci à tous, lecteurs, professeurs et documentalistes 🙂 

Salut, 2013 !

Maintenant que 2012 s’en est allé, c’est le moment de vous souhaiter à tous une très belle année, plein de surprises et de rires (moi, c’est comme ça que je les préfère). 
Pas facile de faire le point sur l’année écoulée. J’ai parfois l’impression de n’avoir pas fait grand chose : un seul roman écrit en douze mois, niveau productivité, on a vu mieux. Mais il faut bien avouer que la période était compliquée. 
En mars dernier, j’ai enfin été diplômée. Cinq ans d’études à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon, ça signifie beaucoup de choses : des monceaux de souvenirs dans une ville que j’ai adorée, des étés brûlants sur les bords du Rhône, le sentiment d’une autre vie à Edimbourg, des amis, plein d’amis… Et surtout, des heures et des heures passées à écrire en douce dans les amphis. Puis, à un moment, il a bien fallu grandir. 
Alors je suis entrée chez une grande entreprise de cosmétiques parisienne, j’y suis restée quelques mois, et je suis partie quand on m’a proposé un poste plus intéressant. J’ai découvert au passage qu’un métier pouvait être aussi passionnant que l’écriture… Et bien plus fatiguant, malheureusement. Dur de rallumer son traitement de texte après une longue journée au boulot !
Il s’est tout de même passé quelques jolies choses : « Sous une pluie d’étoiles » a décroché le Prix J’ai Lu J’élis de la ville d’Angers. Les rencontres scolaires ont été nombreuses et enrichissantes, et j’ai terminé les corrections d’un texte, « L’Aventurier et le Fantôme ». Le pitch ? Une histoire d’amour impossible, puisque Valentine, l’héroïne, est… Un fantôme. Empoisonnée par le mystérieux Collectionneur, arrachée à son compagnon, elle parcourt un monde redessiné par une série de catastrophes climatiques pour retrouver son assassin et enfin se venger. Le texte est passé de mains en mains, et ne reste maintenant plus qu’à croiser les doigts !
Pendant ce temps, je travaille sur un autre roman, mettant cette fois en scène une quête amoureuse sur fond d’épidémie zombie. Il me faut encore réécrire la fin, relire le tout une dernière fois… Et hop, départ en lecture. 
Je vous parlerai bien de tous les excellents livres que j’ai lu récemment, mais gardons-en un pour un prochain post, non ?

Prix J’ai lu j’élis des ados de la ville d’Angers

Il y a quelques temps, dans le cadre du prix J’ai lu j’élis, je filais en direction d’Angers pour une semaine d’intervention dans les collèges et les lycées professionnels de la ville autour de Sous une pluie d’étoiles. Une semaine bien chargée : un peu plus de 300 élèves rencontrés, et toujours dans la bonne humeur, avec un véritable intérêt pour les trucs que je racontais (honnêtement, ça, ça m’étonne toujours) et des jolis moments de rigolade. J’ai aussi été très heureuse de participer à un débat croisé avec Maryvonne Rippert, l’auteur de Métal Melodie (livre dont je n’entends que du bien et que j’ai maintenant très envie de lire !).

Bref, tout ça était déjà top et je suis revenue d’Angers ravie… Avant d’apprendre que mon roman avait remporté le prix ! Sauf que c’était encore confidentiel et que j’ai dû me taire pendant un mois. 

J’en ai trépigné d’impatience jusqu’à jeudi, jour de l’annonce officielle et de la remise du prix, qui avait lieu dans un théâtre d’Angers. 
Pour l’occasion, les classes avaient préparé des films, des danses, des chansons et plein d’autres surprises. Personne ne connaissait encore le lauréat du prix, le suspense était à son comble, et moi, j’étais planquée au fond du théâtre à observer tranquillement le spectacle…  Jusqu’au moment où il a bien fallu y aller, sur cette scène, devant 650 personnes ! Mes genoux jouaient les claquettes, et j’ai bien peur d’avoir dit beaucoup de bêtises quand il a fallu répondre aux questions… 
En tout cas, un grand bravo à tous les élèves qui ont participé au spectacle : j’ai une pensée particulière pour les jeunes filles chanteuses / musiciennes / poétesses de David d’Angers, dont la chanson était si touchante qu’elle a failli me tirer ma petite larme ; pour l’équipe des 4 présentateurs, bien plus à l’aise que moi sur scène ; pour tous ceux qui ont eu la gentillesse de mettre un petit vote à mon nom dans l’urne du prix J’ai lu j’élis. 
Et je remercie l’ensemble des organisateurs du prix, les bibliothécaires, les profs et les documentalistes pour leur accueil chaleureux et le déroulé parfait des interventions !
En parlant d’intervention, si vous vous demandez ce dont il peut bien s’agir, en voilà un petit aperçu ici : les élèves du lycée Saint-Serge ont enregistré notre rencontre pour la diffuser sur leur web-radio. On n’échappe pas à Google. 
1 2 3 4